BIENVENUE AU FORUM INTERNATIONAL
 ACCD - CONFERENCE CANADA
 


CONFERENCE ACCD

      

 

A.C.C.D CANADA

(Assistance Canadienne pour la Coopération et le Développement)

1001, rue Sherbrooke Est Bureau 540

Montréal (Québec) H2L 1L3

Fax: +1-903-350-0578

Office of International Leaderships,

E-mail: accddirection@gmail.com/ directionaccd55@hotmail.com

A.C.C.D CANADA (Assistance Canadienne pour la Coopération et le Développement)

: des politiques aux êtres humains

Congrès International des ONG & OCB sur le développement

L'Assistance Canadienne pour la Coopération et le Développement En collaboration avec le SIG

Organisée en partenariat avec
l’Initiative sur la santé de la population canadienne, l’Institut canadien d’information sur la santé, l’Institut de la santé publique et des populations, Instituts de recherche en santé du Canada, l’Agence de santé publique du Canada et Géo Connexions

En association avec l’Association pour la santé publique de l’Ontario
Le West Montréal et le Centre de congrès d’Ottawa

Montréal (Québec)

Chers participants cet document est un aperçu moins détaillé sur la conférence annuelle organisé par l’Action Gouvernementale Canadienne Pour Le Développement Mondial avec ses partenaires financiers dans le but d’accroître son système d’aide aux populations les plus démunis à dans le monde en particulier en Afrique et en Asie travers les ONG et les personnes de bonne moralité susceptible de créer une organisation indépendante  afin de faire parvenir nos dons(financières et matériels) aux personnes en besoins surtout l’éducation et la formation professionnelle des enfants OEV ( Orphelin et Enfant Vulnérable ) en raison de quoi l’ ACCD vous invite à lire attentivement cette note d’information et prendre part à la conférence annuelle de l’ (A.C.C.D) séance 2018 en conviction de quoi nous vous souhaitons une bonne lecture de ce contenu.

 

Prof. Gonzalez Thomas

Président Fondateur du CNUCED des Nations Unies

(Conseil des fondations) à Montréal (Québec) Directeur exécutif de l’ACCD

 

Prof. PASCAL LAM

Président de  l'A.C.C.D CANADA (Assistance Canadienne pour la Coopération et le Développement)

(Chef du Conseil des Fédérations)

Chers Monsieur/Madame,

Assistance Canadienne pour la Coopération et le Développement est une organisation de charité de droit canadienne à vocation internationale dont les buts et les objectifs sont entre autres d’assister les
individus et les organisations de part le monde à travers des prêts
 pour les affaires dans le domaine de la paix, l’éducation, le développement économique et la protection de l’environnement; de soutenir les organisations qui s’intéressent aux problèmes d’ordre social, économique et
 environnemental et divers projets humanitaires grâce aux dons et
 financements; d’informer, d’éduquer et de sensibiliser les
 populations en vue de limiter la propagation du VIH/SIDA, de soutenir
 et de défendre les causes de ceux qui sont déjà infectés et affectés par cette pandémie du siècle; de promouvoir le Bien-être de l’Humanité à travers le
 renforcement des capacités des organisations charitables afin de leur permettre d’élaborer et d’exécuter des programmes viables.
 Notre Fédération a l’honneur de vous annoncer le 4ème Sommet
 International des ONG/OCB dont le Thème retenu cette année est « 21ème
SIECLE ET LES QUESTIONS DE L'ENVIRONNEMENT».

Cette conférence regroupera 314 représentants des ONG/OCB
 de par le monde et aura lieu à
Montréal (Québec)

Canada dans le cadre de la quatrième  édition de sa rencontre de l’année 2018 sur (ACCD)  Assistance Canadienne pour la Coopération et le Développement

(PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L’ENVIRONNEMENT)

L’assistance humanitaire que porte les ONG  et organisations internationales  à leurs égards, se révèlent handicapées par le retard ou l’  absence  de mobilisation de fonds à titre subventionnel.

L'organisation (ACCD) lance un avis d’invitation aux ONG, Associations humanitaire et toute personnalité de bonne volonté de par le monde pour  prendre  part à la conférence (ACCD) édition 2018 au Canada

Nous avons besoin des leaders volontaires de la cause humaine et ses partenaires sont heureux de vous inviter (tout frais payé) à la conférence annuelle de 2015. La conférence, se tiendra dans les locaux de notre Fédération à Québec et au Centre des congrès de Montréal.

Cette année, la conférence est organisée de concert avec la première Conférence canadienne de géomantique en santé publique : Les systèmes d’information géographique (SIG) et la santé publique.

Chaque jour en Afrique et dans le monde, des milliers de gens meurent du SIDA, et sont victimes de manquement des structures de la santé publique. L’assistance humanitaire en soins que porte les ONG et organismes internationaux à leurs égards, se révèle handicapées par les retards ou les absences de mobilisations de fonds à titre subventionnel. Le défi fondamental auquel chaque société est confrontée est de créer des systèmes sanitaires et sociaux susceptibles de promouvoir  le bien-être humain et la durabilité de l'environnement dont dépend la vie.

Pour faire face à ce défi, L’Association Canadienne de Santé Publique (ACSP), depuis sa création cherche à encourager les initiatives de ceux qui vivent et travaillent là où se trouvent les problèmes; à promouvoir la collaboration entre les institutions socio-sanitaires et les gouvernements, et à encourager la participation des hommes et des femmes des différentes communautés et niveaux de la société. Depuis 2002 L'organisation (ACCD) apporte son appui aux programmes de recherches de lutte contre le SIDA en Afrique et au moyen Orient. Ainsi, nous lançons un avis d’invitation à toute les ONG, associations, aux médecins, herboristes, thérapeutes  et tous les corps sanitaires du monde entier et en particulier ceux des pays d’Asie et Africain pour prendre part aux rencontres.

Depuis le Rapport Taylor jusqu’aujourd’hui, on s’applique à renouveler le système de santé publique à l’échelle internationale, provinciale et locale. Mais il reste beaucoup à faire, et à tous les ordres de gouvernement, on attend des propositions et une orientation de la part des citoyens et des spécialistes de la santé

Afin de poursuivre l’édification du meilleur système de santé qui soit pour le Monde.

Trois (03) leaders pour les ONG suffiront, en vue de les faire participer aux différents séminaires d’informations et de sensibilisations. (ACCD) et ses partenaires veulent que cette

Conférence mette en relief l’importance de la santé publique.

Elle sera une excellente occasion pour les professionnels de la santé publique d’exposer leurs programmes, des recherches, leurs politiques et leurs pratiques. C’est également le moment pour tous de saisir la chance d’amorcer un dialogue fécond sur la nature intergouvernementale de la santé publique. Cette conférence a également pour but de soutenir des projets de recherches dans le domaine de la santé à l’endroit des pays du sud où le taux du VIH/SIDA, du Paludismes et autres fléaux ne cesse d’accroître. L’initiative à été conçus par le PNUD / Rapport humain 2008, soutenue par L’ONU, la Banque Mondial (BM) le Fond Monétaire International (FMI) et le Centre International du Crédit Mutuel (CICM).

Les ONG, Associations, Médecins, Délégués médicaux et collectifs des agents de santé… invités bénéficieront  d’une Subvention évaluée à $ 60.000 Dollars sur étude de projets originaux qu'ils auront à soumettre au staff d’ACCD.

 

Commanditaire au niveau des participants lointaines

 

Notre sponsor GlaxoSmithKline (gsk), certifié et financé par le PNUD, la Banque Mondiale, le FMI, le Centre International du Crédit Mutuel (CICM), la Banque Central Canadienne(BCC), l’Organisation Mondial de la Santé(OMS) et l’Organisation Mondial du Commerce(OMC)

Couvrira les charges suivantes pour un séjour de 30 jours, et sur demande du participant un visa de 3mois lui seras délivré.

-Votre visa canadien au prés de l’ambassade  canadien de votre pays ou voisinage

- Votre billet d’avion A/R de votre pays au Canada (Ottawa)

- Votre logement et la pension alimentaire

- L’encadrement logistique

-Une assurance maladie durant votre séjour.

-- Un prime de participation (variable selon le pays de provenance du participant) durant votre séjour. 

-Possibilité de signer un partenariat avec l’Association (ACCD) sous présentation d’un projet en cours ou potentiel.

 

NB : Toute fois, chaque participant doit payer des frais de participation qui s’élèvent à 350 EUROS auprès de notre coordinateur régional  le plus proche de votre région d’origine. Symbole de votre bonne volonté. Le conseil administratif enverra au participant par  fax ou par autre moyen de communication une fiche pour s’inscrire auprès de notre coordinateur  régional et Plus tard une confirmation d’inscription dès que vous accomplirez les demandes exigé c’est-a dire vos  dossiers et les frais de participation.

Nous contacterons l’ambassade  Canadien de votre pays ou de votre voisinage pour une demande de formulaires de demande de visa que vous aurez à remplir,    le visa ; le billet d’avion (A/R) vous serons envoyés après  par voie diplomatique.

 

Votre dossier doit être composé comme suit :

. La fiche d’inscription rempli et signée.

. La copie du passeport  ou carte d’identité du ou de chaque participant.

. La copie du reçu du transfert des frais d’inscription à notre coordinateur de votre région délivrée par l’agence Western Union.

.Une présentation moins détaillé de votre organisation(Ne concerne que les organisations)

 

Nos coordinateurs généraux

  • LONDRES-Amérique

Dr. Marcello Da ERNESTO

Rua Alvaro Huppe, 60Ap 402,

Cambai-Santa Maria, RS, Grande Bretagne

CEP 9745-75

directionaccd55@hotmail.com

  • ASIE – Russie

Dr Yoshihito Ueki

Osaka, 541-2596

PO Box, 61 Osaka, 530-934

Télex : J63245/ Fax : +3 523 6565 41

directionaccd55@hotmail.com 

  • EUROPE-AFRIQUE
  • Mr   ALEX OTI
    Regional Directory
    ACCD Afrique
     01 BP 1274 BENIN
    Avenue Duisburg
    Phone: +229 604-567-50
  • E-mail: secretariaaccd@yahoo.fr

MALLANVILLE-BENIN

 

Objectifs de la conférence

Être un lieu de confluence où les praticiens, décideurs et chercheurs de diverses disciplines (épidémiologie, sciences sociales, géographie, soins infirmiers, etc.) et de divers secteurs de la santé publique peuvent partager leurs connaissances.

1- Présenter des travaux de recherche innovateurs qui traitent des déterminants sociaux, culturels, économiques et environnementaux de la santé et de leur application.

2- Tracer des stratégies de renforcement des capacités en santé publique à l’échelle locale, provinciale/territoriale, canadienne qu’internationale.

3- Renseigner les participants sur les forces sociales qui agissent sur la santé publique et des populations.

4- Miser sur les partenariats et la collaboration pour faire progresser la santé publique et des populations au cours du nouveau millénaire.

5- Développer de nouvelles stratégies de lutte et de  prévention des maladies et infections IST/VIH/SIDA et le paludisme en Afrique.

Quelques partenaires de la conférence (ACCD)

  • L’Association canadienne de santé publique (ACSP)

L’ACSP est une association bénévole nationale, indépendante et sans but lucratif, représentant la santé publique au Canada et entretenant des liens étroits avec la communauté de santé publique internationale. Les membres croient fermement à l’accès universel et équitable aux conditions de base nécessaires pour réaliser la santé de tous les Canadiens.

  • L’Initiative sur la santé de la population canadienne de l’institut canadien d’information sur la santé (ISPC-ICIS)

L’ISPC, qui fait partie de l’ICIS, a une double mission : aider à mieux comprendre les facteurs qui ont une incidence sur la santé des personnes et des collectivités et contribuer à l’élaboration de politiques qui réduisent les iniquités et améliorent la santé et le mieux-être de la population canadienne et celle du monde entier.

  • L’Institut de la santé publique et des populations des Instituts de recherche en santé du Canada (ISPP-IRSC)

L’un des 13 instituts des IRSC, l’ISPP appuie la recherche axée sur les relations complexes qui influent sur la santé ainsi que son application en vue d’améliorer la santé de la personne, des collectivités et des populations mondiales. Les IRSC forment le principal organisme fédéral de financement de la recherche sur la santé du Canada. Ils ont pour mission d’exceller, selon les normes internationales reconnues d’excellence scientifique, dans la création de nouvelles connaissances et leur application en vue d’améliorer la santé de la population canadienne, d’offrir de meilleurs produits et services de santé et de renforcer le système de santé au Canada et dans le monde entier.

  • Géo Connexions

Un programme de partenariat national qui favorise l’élaboration et l’expansion de l'Infrastructure canadienne de données géo spatiales (ICDG), ressource en ligne qui permet aux Canadiens d’obtenir sur demande de l’information géographique intergouvernementale (p. ex. cartes et images satellites). Géo-Connexions finance le développement d’applications Web qui permettent d’éclairer la prise de décision dans les domaines de la santé publique, de la sécurité publique, des communautés autochtones, de l’environnement et du développement durable.

  •  (Assistance Canadienne pour la Coopération et le Développement)  A.C.C.D

Travaille en étroite collaboration avec les provinces et les territoires afin d’aider les Canadiens à vivre en santé et de réduire les pressions exercées sur notre système de soins de santé. Pour ce faire, l’ASPO multiplie ses efforts en vue de prévenir les blessures et les maladies chroniques, comme le cancer et les maladies chroniques, et d’intervenir en cas d’urgences liées à la santé publique et d’éclosions des maladies infectieuses.

  • L’Association pour la santé publique d’Ontario (ASPO)

Fondée en 1949, l’ASPO est un organisme de bienfaisance à but non lucratif. Il s’agit d’un regroupement bénévole de particuliers et de sociétés de divers secteurs et disciplines qui s’intéressent à l’amélioration de la santé des résidents de l’Ontario. L'ASPO a pour mission de prendre l’initiative dans les dossiers qui touchent la santé du public et de renforcer l’action des intervenants en santé publique et en santé communautaire partout en Ontario.

Volets de la conférence

Nous avons choisi les volets suivants pour faire ressortir le thème général de la conférence :

•  Volet de santé
  Volet d’Education

  Volet de la Paix

Volet de la santé mise en exergue

Alcool, tabac et drogues illicitesLes données d’archives et les résultats d’enquêtes récentes, telles que l’Enquête sur les toxicomanies dans le monde, qui visent à évaluer les consommations d’alcool et d’autres drogues par les populations (âgés de 15 ans et plus) suggèrent que les consommations d’alcool, de cannabis et d’autres drogues ont augmenté dans le monde entier ces dix dernières années. L’alcool et le cannabis restent les drogues les plus couramment utilisées ; en outre, l’alcoolisme chez les jeunes est un grand sujet de préoccupation. Même si internationalement on a connu des réussites dans la lutte contre le tabagisme et la dépendance à d’autres drogues, il reste manifestement un besoin impérieux d’attaquer ces problèmes de front en faisant appel à une approche basée sur la population, qui insiste sur les stratégies politiques et de modifications environnementales. On encourage la rédaction de résumés analytiques sur la consommation et l’usage de ces substances, ainsi que des politiques ou programmes visant à endiguer leur utilisation parmi la population.

Contrôle des maladies infectieuses – Tous les paliers de gouvernement doivent appréhender les répercussions actuelles et futures des maladies infectieuses sur leurs populations. Au Canada, les gouvernements et les organismes financés à divers paliers de l’État jouent des rôles interdépendants et souvent compliqués dans l’établissement des politiques qui servent la santé publique de manière optimale. En faisons-nous assez pour endiguer la diffusion de maladies telles que le VIH, la grippe, le staphylocoque doré résistant à la méthicillin ou la rougeole qui touchent nos populations? Y a-t-il un engagement suffisant en termes d’approches multidisciplinaires et intergouvernementales? La régionalisation a-t-elle amélioré notre capacité de prévenir ou de contrôler les crises sanitaires? Ce thème passera en revue les réussites ou les échecs des politiques de moyens de prévention (vaccins, réduction des préjudices), les initiatives à l’intention des populations marginalisées (autochtones, immigrants ou prisonniers), l’investissement dans la recherche et la surveillance et, pour finir, le leadership.

Exclusion sociale et soutien social – Bien qu’il soit réputé pour offrir les conditions de vies parmi les meilleures au monde, le G8 connaît des fractures sociales grandissantes, qui touchent certains groupes de population et certaines régions en particulier. Notre connaissance des causes profondes de la pauvreté et de l’exclusion sociale nous a permis, dans une certaine mesure, de porter une attention récente à l’importance de l’inclusion sociale en tant que concept expliquant la complexité des facteurs sous-jacents de la marginalisation et des désavantages sociaux. Quelles leçons avons-nous tirées jusqu'à maintenant de l'expérience de diverses collectivités publiques, et comment les initiatives communautaires et les politiques sociales peuvent-elles contribuer efficacement à promouvoir l'inclusion sociale, de manière à permettre à tous les citoyens d'atteindre leur plein potentiel?

Hygiène du milieu – L’exposition aux microorganismes, substances chimiques ou radiations dangereuses par l’alimentation, l’eau, l’air ou les produits qui nous entourent peut avoir de graves retombées sur la santé. La manière dont nous concevons et construisons nos collectivités et les immeubles où nous passons la plupart de notre temps peut également influencer notre santé, selon la présence ou l’absence d’occasions de faire de l’activité physique ou d’entretenir des liens sociaux. Notons aussi les incidences des changements du climat et d'autres conditions ambiantes liés au réchauffement planétaire et les conséquences possibles de ces changements sur la santé et la sécurité publiques.

La littéralité en matière de santé – Près de 60 % de nos populations n’ont pas les connaissances nécessaires en santé pour aborder ce sujet, situation qui est aggravée par l’information de plus en plus complexe dans ce domaine, des services de santé extrêmement bureaucratiques et une terminologie médicale déroutante. Le faible niveau de connaissances des individus dans le domaine de la santé va de pair avec un mauvais rapport de leur propre état de santé, une autogestion insuffisante de leur santé et de leurs maladies et une utilisation inefficace des renseignements, des services et des produits relatifs à la santé. Afin de maintenir la population  en bonne santé, il faudrait idéalement passer par un partenariat entre les personnes, les collectivités et les systèmes d’offre de services. Dans le cadre de cette équation, l’offre d’information et de services reliés à la santé n’a pas correctement tenu compte de l’instruction dans ce domaine, ni des stratégies permettant de lever les obstacles à l’accès à l’information et aux services dont les populations ont besoin. Le Canada est un leader avéré dans le domaine de la littéracie en matière de la santé grâce à des initiatives telles qu’un programme national sur l’alphabétisation et la santé ou encore deux conférences nationales sur littéracie en matière de la santé. Le Groupe d’experts sur les compétences en matière de santé a passé toute l’année précédente à faire des enquêtes concernant l’état de l’instruction dans le domaine de la santé au pays et à l’étranger et a élaboré des stratégies pour promouvoir cette instruction sur le plan international. Ce thème se concentrera sur le fruit des recherches du Groupe d’experts et sur leurs retombées en matière de politiques, de programmes et de recherche dans des secteurs multiples tels que la santé publique, les soins de santé primaire, l’éducation des adultes et les services communautaires.

Populations autochtones – La majeure partie de la population autochtone se porte moins bien que les non autochtones. Le rapport de 2006 sur l’initiative en santé de la population, intitulé Améliorer la santé des hommes, offre un compte-rendu de ces disparités. Par exemple, l’espérance de vie d’un Autochtone est, en moyenne, inférieure de dix ans à celle d’un non Autochtone; les autochtones souffrent de 12 ans de handicap de plus que le reste de la population; les blessures accompagnées de traumatismes sont quatre fois plus élevées que la moyenne nationale; le taux de suicide est six fois plus élevé et les taux de diabète sont multipliés par trois. Ce thème explorera les façons dont procède le milieu de la santé publique pour répondre plus efficacement aux besoins en santé publique des Premières nations, des Inuits et des Métis, compte tenu de leur état de santé, des priorités et de la disponibilité des services adéquats et opportuns.

Préparation aux situations d’urgence – Les attentats du 11 septembre 2011, la crise du SRAS, l’ouragan Katrina, la crise au soudan   la menace de pandémie de grippe… sont des événements qui soulignent les menaces constantes qui planent sur la santé publique à travers le monde. Ces difficultés requièrent une approche intégrée et globale de la gestion des interventions sanitaires d’urgence et qui tient compte du besoin d’une structure d’intervention coordonnée entre gouvernements et organisations non gouvernementales, de même que des manières efficaces d’améliorer la préparation et les mesures de résistance de la collectivité envers des désastres de toute sorte. Tout cela nécessite une planification continue et de la préparation tant entre entités administratives qu’entre les secteurs de santé professionnels, une prise en considération des divers besoins en établissements de soins et en intervenants de première ligne, sans oublier le rôle que doivent jouer les bénévoles et les collectivités pour gérer la crise et en trouver l’issue.

Prévention des maladies chroniques – Une approche selon les déterminants de la santé – Les maladies chroniques, telles que les maladies cardiovasculaires, le cancer ou le diabète, font partie des problèmes les plus courants auxquels le monde  fait face aujourd’hui. On considère également qu’elles sont les plus faciles à prévenir. Néanmoins, les maladies chroniques n’affectent pas également toutes les populations. Des facteurs tels que le statut socio-économique, l’appartenance à un groupe autochtone, le sexe ou la situation géographique correspondent à différents facteurs de risque et facteurs de condition, de même que l’état de santé, l’incidence de la maladie et de la mortalité. En plus des conditions environnementales, économiques et sociales, les principaux facteurs de risque des maladies chroniques sont la consommation de tabac, d'alcool ou d'autres drogues, la mauvaise alimentation, la sédentarité et les maladies mentales. Ce thème comportera un examen des recherches en cours, des politiques et des activités de programme ayant pour objectif les déterminants de la santé, et examinera dans quelle mesure ces éléments sont susceptibles d’influencer la prévention et la gestion des maladies chroniques dans le monde.

Recherche interventionnelle en santé des populations – La recherche interventionnelle en santé des populations implique l’utilisation de méthodes scientifiques afin d’obtenir des connaissances au sujet des interventions sur les politiques et les programmes qui fonctionnent à l’intérieur et à l’extérieur du domaine de la santé, et qui peuvent avoir des répercussions sur la santé de la population. Malgré la demande croissante en pratiques raisonnées en santé publique et de la population et malgré la diversité des initiatives de synthèse des résultats de recherche dans ce domaine, le Canada dispose d’une capacité très restreinte à mener des recherches d’intervention et d’évaluation en santé des populations. L’Initiative de recherche interventionnelle en santé des populations du Canada (IRISPC) est dirigée par un groupe d’organisations intéressées, de chercheurs et de décideurs. L’objectif de ce groupe est de travailler avec tous ceux qui désirent développer la capacité du Canada de financer et de diriger des recherches interventionnelles en santé des populations et d’en tirer le meilleur profit possible. Ce thème abordera les défis qu’implique l’accroissement quantitatif et qualitatif de la recherche interventionnelle en santé des populations dans le monde, le besoin en soutien financier des organismes qui subventionnent la recherche et des universités, de même que la pénurie de chercheurs correctement formés dans ce domaine.

Ressources humaines en santé publique – Un renforcement des ressources humaines en santé publique dans les pays du sud est essentiel pour avoir un système de santé publique fort. Les déficiences en la matière partout en Afrique ont été mentionnées dans un bon nombre de rapports publiés à la suite des crises et fléaux dans le monde et en Afrique en particulier. Afin d’aider les planificateurs à déterminer et à combler les lacunes relatives au nombre, à la diversité, à la distribution et aux compétences des praticiens, il est nécessaire d’avoir des renseignements quant à l’évaluation des capacités par rapport aux besoins en services de la population, au dynamisme de la main d’œuvre (recrutement, maintien en poste et renouvellement) et à la prévision des exigences futures. De plus, il y a des besoins en recherche pour évaluer les capacités du système éducatif à former des praticiens, à créer des occasions d’emploi et à entretenir ou améliorer les compétences.

Santé mentale – Selon l’Organisation mondiale de la santé(OMS), les troubles mentaux sont la troisième cause mondiale de handicap, derrière les maladies infectieuses et les blessures. On estime que la dépression constitue le deuxième facteur aggravant, derrière les maladies du cœur, en ce qui concerne le fardeau mondial des maladies d’ici 2020. Il y a, au Canada, un intérêt grandissant pour les maladies mentales. À titre d’exemple, le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie (la Commission Kirby) a remis son rapport final en 2006, qui s’intitule De l'ombre à la lumière : La transformation des services concernant la santé mentale, la maladie mentale et la toxicomanie au Canada. Même si un certain intérêt est accordé aux maladies mentales actuellement, cet intérêt est sensiblement moins marqué pour la santé mentale, surtout si l’on regarde en amont, au niveau des déterminants de la santé mentale.

Santé mondiale – Établissement d’une capacité de la santé publique pour une réaction efficace de la collectivité – Maintenir la bonne santé et le bien-être dépend de la capacité de la collectivité à réagir et à être prête à s’occuper des déterminants de la santé. Établir une capacité de la santé publique sur le plan local, national, régional et international est fondamental pour atteindre cet objectif. Le renforcement de structures de soins de santé primaires n’est qu’un rouage d’un mécanisme qui doit prendre en compte les compétences et les capacités de la collectivité à l’égard des éléments de santé publique au sens large et qui englobent la prévention des maladies, ainsi que la protection et la valorisation de la santé. Le thème de santé globale examinera les initiatives novatrices et réussies qui ont été mises en place par des associations nationales de santé publique et d’autres organisations connexes (sociétés gouvernementales et civiles) partout dans le monde et qui contribuent à alimenter et à renforcer la capacité de la santé publique en vue d’une réaction et d’une préparation efficaces et opportunes des collectivités.

Les applications des SIG à la recherche en santé publique – Cette séance portera sur les méthodes analytiques et les études dans lesquelles le lieu représente une composante centrale de l’analyse. On y traitera l’étude de recherche reposant sur l’utilisation d’un SIG ou de l’analyse spatiale pour comprendre la place qu’occupe le lieu dans l’étiologie des maladies, dans l’utilisation des soins de santé, dans l’état de santé et d’autres aspects de la santé et de la maladie. On abordera, entre autres, l’utilisation des SIG dans la détection de concentrations de cas de maladies, l’évaluation du géocodage, l’estimation de l’exposition, l’analyse des tendances relatives à l’utilisation des services de santé et le lissage spatial des taux d’attaque.

Faire avancer la pratique en santé publique par l’entremise des SIG.

 

NB : Les frais d'inscription et les dossiers d’enregistrement dument remplir  doivent nous parvenir dans un bref délai.

                 

 

Prof. Gonzalez Thomas

Président Fondateur du CNUCED des Nations Unies

(Conseil des fondations) à Montréal (Québec) Directeur exécutif de l’ACCD

 

Veuillez croire en nos intentions les meilleures.

 


Tous droits réservés